Direction artistique

 

Arrivée dans la région d’Ottawa en 1988, Esther a rapidement consacré l’essentiel de ses énergies à la compagnie. Elle a contribué au succès de plusieurs spectacles, que ce soit en tant que comédienne, dans La Machine à Beauté (de Robert Bellefeuille, d’après le roman de Raymond Plante), Le Nez (de Robert Bellefeuille et Isabelle Cauchy) et Mentire (de Louis-Dominique Lavigne et Robert Bellefeuille), ou comme l’un des metteurs en scène deL’Homme invisible/The Invisible Man (de Patrice Desbiens).

Douée pour l’écriture, elle a créé le spectacle pour enfants Maïta qui, en plus de connaître un véritable succès auprès du jeune public canadien dans sa version française, a été présenté au Festival del Centro Historico de la Ciudad, de Mexico, dans sa version espagnole. Maïta a également été sélectionné trois fois à la Soirée des masques 2003 et a été couronné du Prix Zof 2005. Grâce à ce texte, Esther s’est également vue décerner le Prix Christine-Dumitriu-Van-Saanen du Salon du livre de Toronto, en 2002, ainsi qu’une bourse du Banff Playwrights Colony, en 2005, pour la traduction du texte en anglais. En matière d’éducation artistique, elle a, entre autres, assuré le développement, la conception et la mise en œuvre de projets d’animation théâtrale (dont Terre d’accueil), écrit des textes de vulgarisation artistique, et présenté des allocutions dans les écoles et les universités.

Avant de devenir directrice artistique du Théâtre de la Vieille 17 en 2006, Esther Beauchemin a été l’adjointe de Robert Bellefeuille — cofondateur et directeur artistique de la compagnie pendant 25 ans — avant de partager avec lui la direction artistique de la compagnie.